<p><img alt="webleads-tracker" width="1" height="1" src="//stats.webleads-tracker.com/101237992ns.gif">

TWB une plateforme de recherches au coeur des questions industrielles

Oscar Wittenberg

15 juillet 2021

TWB une plateforme de recherches au coeur des questions industrielles

Olivier Rolland, Managing Directeur chez TWB, accompagne ces petites entreprises et les grands groupes qui cherchent à relever les défis du changement climatique.

Olivier Rolland, chimiste de formation, a plus de 15 ans d’expériences dans la bioéconomie. Passé par des grands groupes tels que Michelin, Total ou encore plus récemment Boeing, il connaît aussi très bien l’envers des start-up. Aujourd’hui c’est au sein de TWB (Toulouse White Biotechnology) qu’il accompagne ces petites entreprises et les grands groupes qui cherchent à relever les défis du changement climatique.

Nouveau call-to-action

Les biotechnologies industrielles, quèsaco ?

 

C’est un terme qui est présent depuis longtemps mais dont peu connaissent le véritable sens. La définition que nous en donne Olivier Rolland est “l’utilisation du vivant pour transformer de la matière renouvelable en produits biosourcés”. Ainsi en s’appuyant sur  des systèmes biologiques vivants, le but est de créer des ressources de différentes sortes : chimiques, carburants, matériaux… Aujourd’hui on en retrouve dans de nombreux secteurs, de la pharmacie à l’agroalimentaire en passant par le textile ou encore la cosmétique, des industries variées s’y intéressent. Et pour cause, les coûts sont moindres mais surtout la démarche est verte, en consommant logiquement moins d’énergie à l’heure où tout effort environnemental est bon à prendre. 

 

Ces biotechnologies sont donc des alternatives fortes aux énergies fossiles et autres technologies usuelles de la chimie. Elles débouchent de dizaines années de recherche et d’investissements conséquents. Aujourd’hui les produits biosourcés s’imposent comme des “réponses incontournables aux enjeux du XXIème siècle”, d’un point de vue environnemental mais aussi socio-économique. L’entreprise toulousaine TWB vise donc à développer des procédés de productions utiles à l’industrie dans son ensemble.

 

10 années d’existence pour quels résultats ?

 

Créé dans le cadre du programme d’investissement d’avenir lancé en 2010 par l’État, Toulouse White Biotechnology a remporté, en seulement 10 ans, plus de 39 millions d’euros de contrats industriels. La plateforme qui n’est pas à but lucratif, compte aller encore plus loin et ne cache pas son ambition : devenir leader européen des biotechnologies industrielles. Il faut dire qu’à travers la dernière décennie, les activités de TWB ont trouvé nombre d’intéressés. Comme nous l’évoquions plus haut, ce sont des industries très différentes les unes des autres qui ont pris conscience du rôle qu’allait avoir dans les prochaines années les biotechnologies. Les clients sont ainsi de différents types, on retrouve des noms bien connus tels que Michelin, Total, L’Oréal, mais aussi des étrangers comme Braskem, entreprise brésilienne leader de la pétrochimie. En dehors de ces grands groupes, les startups sont aussi nombreuses à travailler avec TWB. Grâce à un savoir-faire riche, des ressources humaines d’excellence et des technologies de pointe, le groupe toulousain accompagne les entreprises qui ont besoin de ses compétences ou d’une expertise. Porté par le CNRS et l’INSA Toulouse dans lequel ils viennent d’installer leurs nouveaux bureaux, TWB a pour mission de trouver un équilibre présentant une réelle pérennité économique, avec pour prévision l’autofinancement dès 2025.

 

La pandémie a bouleversé le secteur

 

Dans un moment où l’on a jamais autant évoqué la souveraineté, l’importance de réindustrialiser la France, repenser local, les biotechnologies ont aussi vu leur cadre se changer. En effet, “jusqu’au Covid, le monde des biotech était un entre soi" nous explique Olivier Rolland. Mais la période épidémique a fait encore plus prendre conscience aux gens l’importance de la thématique de la durabilité. Comment alimenter la planète de façon plus saine, consommer de manière plus responsable, miser sur une économie circulaire… et les biotechnologies cochent pas mal de ces cases. Les projets pour valoriser les déchets de l’activité humaine se sont multipliés notamment par l’initiative de citoyens et c’est bien la preuve que dans l’esprit de gens la question a aussi énormément évolué. Tout ceci ne peut que conforter la plateforme toulousaine dans ses ambitions qui ne cessent d’évoluer et qui a encore de belles années devant elle...

Nouveau call-to-action

Oscar Wittenberg

Après avoir effectué son stage de 3ᵉ année de Bachelor Marketing & Communication chez Nile, Oscar continue de nous apporter son aide sur la création et la rédaction d'articles de blog.

Rejoignez les 2000 dirigeants industriels déjà inscrits